🤑 Important : À l'occasion de l'Euro, Betclic offre un bonus de bienvenue exceptionnel de 200€ à tous les nouveaux clients. Cliquez ici pour obtenir 200€. Offre limitée dans le temps ⌛


Selon les dernières informations fournies par l’Autorité de Régulation des jeux en ligne (ARJEL), les sites de bookmakers français agréés comptent aujourd’hui plus de 3 millions de joueurs. Le montant du pari annuel de chaque joueur est d’environ 200 euros. Bien sûr, les revenus sont rarement divulgués, sauf dans les archives françaises et en ligne, parfois couvertes par des preuves anonymes.

Cependant, lors de la déclaration de revenus, les gains sur les paris sportifs sont indiqués en tant qu’impôts. La fourchette d’imposition pour chaque joueur est de 30 % à 50 %. Les pertes sont également comptabilisées pour réclamer des crédits d’impôt. Mais comment déclarer ses gains aux paris sportifs ? La réponse dans les lignes qui suivent.

Quoiqu’il en soit, les taxes et impôts sont à prendre en compte pour ceux qui espèrent vivre des paris sportifs

Les gains pour les joueurs occasionnels

Avant même de commencer à parier et de vous référer aux sites de paris sportifs, l’impôt est une considération très importante. Pourtant, il y a plusieurs situations à considérer surtout si vous êtes un « salarié à faible revenu ». En d’autres termes, vous pariez une petite pièce en ligne une ou deux fois par mois pour des gains qui varient de 10 $ à 20 $.

Dans des circonstances très particulières, si vous devenez un joueur occasionnel de paris sportifs, vous n’avez pas à payer des taxes paris sportifs. Du moins, vous ne payez pas directement comme les grands gagnants ou parieurs réguliers. Cependant, vous devez payer la fiscalité due par les bookmakers français agréés par Arjel (Autorité de Régulation des jeux en ligne). Chaque pari effectué sur les sites de paris sportifs est taxable à 7,5 %. Par conséquent, l’impôt n’est pas payé directement, mais déduit de vos gains. Vous vous demandez de quelle manière ?

Les gens pensent que côtes d’un match de football ne sont pas aussi bonnes qu’à l’étranger. Une partie de la raison est la taxe de 7,5 % sur les paris sportifs. Par conséquent, vos gains réalisés ou gains potentiels sont estimés de manière « cachée », même si le terme est un peu fort, il est toujours de 7,5 %. Maintenant, cela est très courant et s’applique à toutes les plateformes de jeu certifiées et approuvées par le gouvernement français au nom d’Arjel. Par conséquent, même si vous jouez rarement, vous devez payer des impôts pour tous les paris.

Les gains pour les joueurs réguliers

La deuxième situation concernant les paris sportifs et gains possibles est lorsque vous êtes considéré comme un joueur régulier. Par ailleurs, le terme joueur ne peut plus être appliqué. Vous devenez littéralement un entrepreneur qui va déclarer ses gains de paris sportifs. En tant que grand fan de football, en suivant les dernières nouvelles chaque jour, vous voulez naturellement profiter de ce flux de connaissances.

L’impôt sur les paris sportifs s’applique aux situations impliquant de grosses sommes d’argent, et que la fiscalité française a enregistré des gains très importants au cours de dernière année civile. Autrement dit, si vous générez près de 30 000 $ de bénéfices en un an, l’impôt de l’année suivante sera efficient. Lorsque viendra le temps de l’impôt sur le revenu des paris sportifs, le cas des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) sera introduit. Vous n’êtes plus un simple participant, mais un véritable entrepreneur.

Quant à l’informatisation de toutes ces données, ce sont les bookmakers en ligne et sites de paris sportifs sous Arjel qui affichent la liste de ses plus gros gagnants sous forme de jackpots. La législation est stricte. Bien que toutes vos activités conservent votre anonymat, Arjel le fera pour s’assurer que la fiscalité s’applique de toute façon. Dès lors que vos gains dépassent 30 000 euros la même année civile, une mesure courante s’applique à tous les parieurs.

Impôt à 30 % : Paris sportifs et gains de moins de 100 000 €

S’il y a maintenant un seuil d’au moins 30 000 euros qui permet de devenir entrepreneur et pas seulement un simple joueur en ligne, alors il y a un autre seuil à prendre en compte, et c’est le fameux seuil de 100 000 euros. Mais attention, on ne parle pas de simple revenu, mais de chiffre d’affaires. Ensuite, vos paris successifs seront inclus dans cette addition pour générer des Bénéfices Non Commerciaux.

Dans un exemple très simple, vous avez gagné 35 000 euros en ligne en un an et accumulé un capital de 28 000 euros. Votre chiffre d’affaires est donc de 7 000 euros. Pouvons-nous considérer que c’est BNC, bien sûrs que non. En revanche, remporter un prix de 70 000 euros avec un pari de 100 euros, la franchise est incroyable, voire énorme chance, mais la taxe sur les paris sportifs va aussi calmer votre enthousiasme. Car à partir de ces bénéfices, le système fiscal peut récupérer 30 % du montant total.

Cependant, l’impôt sur les paris sportifs en ligne ou dans les points de vente autorisés ne s’applique que lorsqu’il est avéré qu’il s’agit d’un revenu récurrent (via des paris constants) et non sur un simple coup de chance. Comme le jackpot de loterie, celui-ci sera imposé après votre contribution, plutôt que le seul gain immédiat.

Les grands gagnants : jusqu’à 50 % de fiscalité

Cela ne concerne que les gros gains aux paris sportifs qui ont accumulé plus de 100 000 euros et déduit de leurs pertes. De même, les impôts aux paris sportifs ne sont taxés que s’ils sont des BNC et non un gain chanceux. L’impôt sera de 50 % des revenus pour votre « entreprise ».

Si tel est votre cas, en réalisant chaque année plus de 100 000 euros de chiffre d’affaires grâce aux paris sportifs, vous pouvez réduire les actions fiscales en utilisant vos ressources pour l’épargne, les biens immobiliers ou encore des actions. Des crédits d’impôt s’appliqueront et vous permettront de conserver certaines parties de ce patrimoine dûment gagné. Néanmoins, malgré la suppression de l’Impôt Sur la Fortune (ISF), c’est l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) qui prend le relais. Choisissez judicieusement votre investissement, mettez votre argent sur une épargne payante, et en bref, faites croître vos revenus ailleurs que sur les paris sportifs avec une taxe spécifique de 50 % au titre des BNC.

Le crédit d’impôt sur les paris sportifs à perte 

Cependant, vous n’êtes plus un simple parieur, mais un entrepreneur, et vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt pour chaque taxe BNC applicable sur les paris sportifs. Si, au cours des deux dernières années, votre chiffre d’affaires avec les bookmakers français en ligne dépasse 30 000 euros, mais que la troisième fois est moins glorieuse et que le déficit ou le bénéfice est faible, le crédit d’impôt est engagé.

En fait, les taxes sur les paris sportifs sont quasiment nulles, comme toutes les entreprises qui ont été plus durement touchées. Recalculez la taxe de 30 % sur vos revenus antérieurs pour éviter de tomber dans une spirale infernale. Ensuite, le taux d’imposition peut être aussi bas que 10 % ou moins. Si vos derniers résultats sont en effet inférieurs à vos performances habituelles, alors l’impôt peut être nul dans votre situation fiscale. Cela peut être intéressant en cas de grosses pertes aux paris sportifs

En outre, vous pouvez utiliser les gains de paris sportifs pour réaliser tous vos investissements. Sous réserve de conditions supplémentaires, l’ouverture d’une assurance-vie ou même l’épargne peut offrir des crédits d’impôt réguliers pour tous vos gains en capital. C’est pourquoi si vous gagnez beaucoup d’argent ou même sur un simple coup de chance, l’argent qui dort est certainement le pire investissement.

L’application du prélèvement à la source

Il est actuellement impossible de prélever des taxes régulières ou même mensuelles sur tous les revenus des paris sportifs, car la taxe ne porte pas sur les revenus réguliers (tels que les salaires), mais sur le chiffre d’affaires. Comme cette donnée fluctue chaque année, imposer vos gains de jeux n’aurait aucun sens en prélevant à la source.

Cependant, vous n’avez pas à attendre la déclaration annuelle pour payer votre impôt dû. Lorsque vos gains sont considérés comme BNC, les taxes sur les paris sportifs sont soumises à l’impôt sur les sociétés. Si vous avez créé une microentreprise, sous un statut de joueur professionnel, vous pouvez imposer sur une base trimestrielle pour lister les revenus pour chaque période, c’est-à-dire la somme des profits et des pertes. Ainsi, vous pouvez éviter d’avoir de grosses surprises en répartissant les impôts chaque année, tout en maintenant votre propre comptabilité.

Les gains aux paris sportifs hors ARJEL (ANJ)

Certains joueurs peuvent se demander ce qu’il en est des paris sportifs hors sites agréés par l’ARJEL (devenue ANJ). Ces sites sont illégaux en France. Il s’agit dons de revenus illégaux.